Publié par MARIF

Premier conseil pour les jeunes qui veulent chanter.
Surtout, ne pas chercher à ressembler à quelqu’un: en effet, si on cherche à imiter une autre voix, cela veut dire qu'on a jugé la sienne “ Pas belle”, ou encore “ trop criarde ”, ou “ trop aiguë ", ou " pas assez puissante ", ou " fausse ", etc.

Or, vous avez juste une voix débutante, il est normal qu'elle ne soit pas au top.


1. PRENDRE DES COURS.

   Donc, tout d'abord, il vaut mieux prendre des cours, car le professeur aura un jugement beaucoup plus objectif : partons du principe qu'une voix débutante n'est pas parfaite. Travaillons la, et elle deviendra meilleure.


   Pour trouver sa voix, il faut donc la travailler, c'est à dire l’explorer en entier, ne pas se limiter aux sons qu’on trouve jolis. Il faut découvrir le grave de sa voix, le medium, ainsi que l’aigu, sans censure.

 

2. NE PAS IMITER LA VOIX D'UN AUTRE

   Chanter avec sa voix cela veut dire, chanter ou parler avec la voix que produit son propre corps, son souffle, sa bouche, installé dans une posture ne générant pas de tensions inutiles.

Or, pendant l'adolescence, le corps se transforme, la voix aussi, et nous sommes devant l'inconnu : comment ma voix va-t-elle évoluer ? ( et moi-même ?)

   Devant cet inconnu, nous pouvons être tentés d'imiter des modèles : cela peut être une bonne solution pour notre comportement général, mais au niveau de la voix, cela peut entraîner des fatigues vocales, extinction de voix, nodules...

   Car pour imiter une voix, il faut changer sa morphologie : regardez les imitateurs, ils prennent les mimiques de la personne, sa façon de prononcer les mots, sa façon de se tenir, sa façon de bouger, sa façon de respirer.

   Un(e) jeune qui veut imiter une voix, ne fait pas tout cela : il(elle) force sa voix pour obtenir à peu près la voix de l'autre, mais sans prendre la posture exacte, ni la prononciation, ni le corps bien sûr de la personne imitée. C'est ainsi qu'on arrive aux forçages vocaux, car la pression d'air envoyée sur les cordes n'est pas adaptée à la forme des résonnateurs situés au-dessus.

On provoque donc une sur-pression sur les cordes vocales qui entraine diverses pathologies si ce comportement s'installe.

 

3. ECOUTER SA VOIX

   Pour découvrir sa propre voix, nous devons d'abord l'écouter, sans jugement, laisser sortir les sons.

   Or, l'écoute est parfois perturbée : si vous chantez en fermant l'oreille droite, puis la même chose en fermant l'oreille gauche, il est probable que vous n'entendiez pas la même voix.

   Si c'est le cas, votre jugement est erroné : d'un côté votre oreille vous renvoie une "bonne voix", de l'autre "une voix trop faible", ou " trop aiguë", ...

Ce déséquilibre de l'écoute provoque aussi des forçages vocaux.

 

Il est alors très utile de ré-équilibrer l'écoute, avant même les cours de chant, cela facilitera l'apprentissage, et permettra des progrès plus rapides.

En savoir plus sur le programme "Global-Voix", lié à l'écoute.

 

 

Commenter cet article