Publié par MARIF

    C'est un "atelier polyphonique" et non une "chorale" : dans un atelier, on fabrique, on construit, le but étant surtout de progresser individuellement et collectivement.

Un atelier polyphonique pour voix de femmes dont l'objectif est d'amener les chanteuses vers l'autonomie, c'est à dire, être capable de chanter dans un groupe sans "se perdre", en ayant développé sa tessiture, en sachant placer sa voix, en ayant une bonne respiration, un timbre homogène...

     Grâce à un travail vocal soutenu et individuel, centré sur le corps, les sensations, la respiration, l'écoute, et la place de la voix, le rapport entre sa propre voix et les autres devient plus clair, la personne arrive à s'entendre, tout en étant à l'écoute du groupe.

 

     Cette compétence permet de travailler a capella, en polyphonie, et souvent seule dans sa voix.

 

     Les élèves motivées de mes cours de chant participent donc à un petit groupe vocal féminin : je choisis des pièces dont toutes les parties sont intéressantes afin de mettre en valeur chaque voix. Nous travaillons des difficultés différentes dans chaque pièce, soit le rythme, soit l'harmonie ( dissonances...), soit encore le contraste entre les voix, etc.

 

     Le groupe est constitué de 4 à 8 voix maximum selon les années, ce qui permet de chanter à 2, 3 ou 4 voix, a capella. Le répertoire est varié, il va du Moyen-Âge à la chanson d'aujourd'hui, en passant par Bartok, Britten, Poulenc ou des compositeurs contemporains moins connus, écrivant pour choeur.

L'atelier n'a pas vocation à faire des concerts, le programme est donné lors du pot de fin d'année.

L'atelier est ouvert aux chanteuses qui continuent à travailler leur voix individuellement.

 

Les séances durent 1h30, et ont lieu 14 jeudis par an, et 3 samedis à Tours : les choristes travaillent donc les partitions chez elles, après avoir enregistré la mélodie pour celles qui ne lisent pas la musique.

N'hésitez pas à appeler pour poser des questions: Marie France 02 47 44 58 46

 

En savoir plus

Commenter cet article