Publié par MARIF

AMELIORATION de L’ECOUTE MUSICALE

 

Pour qu'une oreille puisse être qualifiée de musicale, il faut :


- Qu'elle privilégie l'analyse des fréquences aiguës situées entre 2000 et 5000 Hz, tout en amortissant de façon continue et progressive les fréquences en deçà de 2000 Hz et au delà de 5000 Hz. Cet amortissement doit se faire aussi bien en conduction aérienne qu'en conduction osseuse.


- Qu'elle présente une ouverture maximale de la sélectivité auditive. La sélectivité auditive est la capacité de différencier la hauteur des sons les uns par rapport aux autres, mais aussi le sens de variation de la hauteur.


- Une spatialisation auditive très précise. La spatialisation est la capacité de localiser un son dans l'espace, tant en conduction aérienne qu'en conduction osseuse.


- Enfin, c'est l'oreille droite qui doit être directrice, c'est à dire qui doit prendre une avance temporelle très subtile mais extrêmement importante sur l'oreille gauche en terme de traitement de l'information sonore. En effet, dès ses premiers travaux avec des chanteurs et des musiciens, Tomatis a bien montré l'existence d'une supériorité de l'oreille droite en terme d'analyse et de contrôle instrumental des sons musicaux (ce qui inclus d'ailleurs sa propre voix).

 

Cette prépondérance de l'oreille droite a par la suite été confirmée à de nombreuses reprises.


En fonction des zones fréquentielles de dérégulations existantes, dérégulations pouvant être évaluées grâce à un test d'écoute, et par rapport aux critères définissant l'écoute musicale précédemment évoqués, la démarche éducative concernera :

-  L'amélioration de la sensibilité musicale, c'est à dire le désir d'écouter de la musique ou de jouer d'un instrument


-  L'amélioration de la justesse et de la précision, tant dans l'analyse que dans le jeu instrumental


- L'amélioration de l'appréciation de la beauté de l'oeuvre musicale ou de la qualité interprétative au niveau instrumental

 

Programmes pédagogiques d'écoute adaptés à cette problématique ICI

 

Commenter cet article