Les Dyspraxies à l’école : préconisations et adaptations pédagogiques

Publié le par MARIF

Stimuler l'écoute. Les préconisations en cas de dyspraxie: on gagnera à s’appuyer sur le « écoute » et non sur le « regarde ».

Stimuler l'écoute. Les préconisations en cas de dyspraxie: on gagnera à s’appuyer sur le « écoute » et non sur le « regarde ».

Les Dyspraxies ou TAC à l’école

I. Préconisations et adaptations pédagogiques

     A quel point l'Ecoute est-elle un sens oublié ? Dans cet article encore un argument pour se préoccuper de l'écoute des enfants. Je l'ai trouvé sur le site de Hoptoys, tous ceux qui souhaiteraient le lire en entier le trouveront facilement sur leur site, j'en ai fait ce résumé :
    
Hop’Toys était à Chambery pour le colloque sur les troubles praxiques, organisé par l’Acta73 qui avait pour thème « Les troubles praxiques, de la maison à l’école ». Nous faisons ici dans ce nouvel article un retour sur la conférence de Pierre Louis Couturat, Inspecteur Education nationale, Formateur ESPE et Docteur en psychologie.
     Les enfants souffrant de troubles de l’acquisition de la coordination, cumulent souvent d’autres difficultés neuropsychologiques alors qu’ils ne sont pas déficitaires intellectuellement. Aux troubles praxiques s’ajoutent des troubles neuro-visuels, de l’acquisition de la langue orale et écrite, de la mémoire, voire des fonctions exécutives. Chaque enfant est unique et en cours de développement donc les troubles sont chaque fois très spécifiques. Chaque dyspraxique est singulier...
     Certaines caractéristiques communes doivent être prises en compte : la lenteur et la fatigabilité, mais aussi le besoin d’encouragement des enfants, le retentissement du trouble sur toute la famille...
     D’ailleurs dans beaucoup d’apprentissages le par cœur et l’épellation phonétique seront privilégiés. On gagnera à s’appuyer sur le « écoute » et non sur le « regarde ».

On gagnera à s’appuyer sur le « écoute » et non sur le « regarde ».

     Cette dernière remarque est essentielle : en effet, l'écoute n'est pas assez sollicitée, les écrans omniprésents ne favorisent pas la stimulation de l'écoute, et de plus, elle est déséquilibrée chez nombre d'enfants.

II. Que veut dire une écoute déséquilibrée ?

- Un traitement de l'information plus long : d'où lenteur et fatigabilité

- Un traitement de l'information mal dirigé vers le cerveau gauche : d'où des doutes, manque de confiance en soi

- Une liaison oreille-yeux mal installée : d'où une lecture hésitante

- Un déficit de motricité : d'où un enfant malhabile de ses mains, un manque de coordination, un manque d'équilibre ( difficulté à descendre les escaliers, trouver son équilibre, écrire ...)

III. Ré-équilibrer l'écoute.

     On gagnera donc à stimuler l'écoute de ces enfants pour l'équilibrer :

     La méthode Tomatis® en pratiquant une stimulation auditive neurosensorielle, a pour effet de ré-équilibrer l'écoute.

En savoir plus ICI

 

 

 

 

 

Publié dans Dyspraxie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article