Publié par MARIF

Le désir d'écouter entraîne le désir de communiquer, qui entraîne le désir de savoir, qui provoque la curiosité, qui elle-même entraîne le désir de lire, autrement dit la MOTIVATION ! Puis le désir de raconter, ou d'entendre d'autres raconter ce qu'ils ont lu: COMMUNIQUER !

Le désir d'écouter entraîne le désir de communiquer, qui entraîne le désir de savoir, qui provoque la curiosité, qui elle-même entraîne le désir de lire, autrement dit la MOTIVATION ! Puis le désir de raconter, ou d'entendre d'autres raconter ce qu'ils ont lu: COMMUNIQUER !

    Toute distorsion d'écoute trop installée entraîne la perte même du désir d'écouter qui à son tour, va générer une baisse du désir de communiquer, que ce soit par la résignation ou le manque de confiance résultant des difficultés à pouvoir le faire efficacement.


    Il faut rappeler qu'avoir une bonne écoute n'implique pas nécessairement avoir une bonne audition. L'écoute se caractérise à la fois par une réelle intention de communiquer ainsi que par une qualité de perception et d'interprétation du message sonore reçu. Elle s'évalue donc par la qualité d'exploitation de notre audition et non pas par son niveau de sensibilité.


    Bien que l'expression « problèmes de communication » possède indubitablement un caractère très général, et que les difficultés de communication puissent avoir des causes fort diverses et variées, il n'est reste pas moins qu'une proportion considérable de ces dernières trouvent leur origine dans des distorsions avérées de la fonction d'écoute.


    Les difficultés de communication pourront prendre des formes très différentes. Par exemple, elles peuvent se manifester par une incapacité à accepter de recevoir les sons qui nous entourent sans en être agressé: le klaxon d'une voiture, le claquement d'une porte, l'ambiance sonore élevée d'un restaurant, mais aussi certaines voix, comme celle d'un collègue de travail, d'un parent, d'un ami...

    Pour certains, il y aura impossibilité d'utiliser sa voix comme un véritable outil de communication, par manque de maîtrise de ses différents composants prosodiques : intonations, inflexions, rythme, intensité.

    La voix sera alors perçue comme agressive, froide, ou dénuée de tout pouvoir d'expression par l'interlocuteur qui la reçoit.

C'est précisément en travaillant sur la réception et l'émission du son que la Méthode Tomatis® agit efficacement sur la communication.

Commenter cet article