Publié par MARIF

Diminuer l'anxiété

Diminuer l'anxiété

    Le terme « surdoué » est souvent remplacé par celui plus discret d’« enfant intellectuellement précoce » ou tout simplement « enfant précoce ». Le terme « surdoué » est pourtant tout à fait cohérent, en cela qu’il insiste sur le côté excessif de ces enfants ou adultes : trop intelligent ?

    Non, le problème ne vient pas de l'intelligence, mais de la difficulté à vivre agréablement, à s'insérer, à suivre une scolarité tranquillement : il vient surtout du fait qu’ils sont trop sensibles, trop anxieux, trop impatients, trop réactifs, trop nerveux, trop rapides ou trop lents selon les enfants, trop rêveurs et trop inattentifs à certains moments.

    Ce "trop" évoque l’excès : à un état très joyeux peut succéder une grande détresse. C’est « tout ou rien ». L’enfant ou l'adulte précoce est rarement dans les nuances, dans le tiède: cette tendance à passer vite d'un état à un autre, le rend facilement distrait, donc il peut souffrir de troubles de l'attention.

    Il a aussi un petit côté obsessionnel : lorsqu’un sujet l’intéresse ou qu’un ennui le préoccupe, il peut y penser de façon obsessionnelle. Ce côté obsessionnel est de l'anxiété.

     Le mot « excès » le décrit donc bien, surtout en ce qui concerne sa sensibilité. En effet, on peut difficilement parler de précocité sans parler d’hypersensibilité.
 

    Le cerveau du surdoué fonctionne avec une prédominance de l’hémisphère droit, donc une prédominance de l'écoute à gauche.

    Pour adoucir cette hypersensibilité, et leur rendre la vie plus facile, nous pouvons ré-équilibrer l'écoute, en redonnant plus d'importance à l'oreille droite, qui va alors stimuler le cerveau gauche. Cela va diminuer l'anxiété, et renforcer la capacité de prendre des décisions et  d'agir, au lieu de ruminer, de réfléchir sans cesse à la même chose, ou de se renfermer sur soi.

 

Pour en savoir plus sur les programmes d'écoute ré-équilibrant

Commenter cet article