Publié par MARIF

Pourquoi certains enfants, ou ados, n'ont-ils pas envie d'apprendre ? Comment alors, susciter l'envie d'apprendre ?

     La plupart des enfants que je reçois et qui ont des problèmes scolaires, manque de motivation pour apprendre. Ce sont en fait, des enfants angoissés. L'angoisse provoque un immobilisme: ces enfants veulent que rien ne change, ils n'aiment pas changer de chambre, de maison, d'école, ils n'arrivent pas à s'adapter à la nouveauté. C'est le signe de la peur du changement.

     Or le changement c'est du mouvement. Du mouvement corporel, changer mon lit de place, changer de ville, et du mouvement dans sa tête, faire bouger ses idées.

 

Avec le programme d'écoute de la méthode Tomatis®, nous utilisons l'oreille comme une porte d'entrée vers le système vestibulaire et le cerveau.

     En quoi cela a-t-il un rapport avec l'envie d'apprendre ?

Le système vestibulaire gère notre équilibre, corporel et émotionnel. Ce qui veut dire qu'il est à la source de notre capacité à bouger tout en gardant notre équilibre: bouger notre corps, et bouger notre esprit.

Apprendre demande de bouger son esprit.

Qu'est ce que bouger son esprit?

C'est le mouvement des idées, l' abandon de vieilles idées pour en accepter de nouvelles.

" Quand j'étais petit je buvais au biberon, maintenant je bois au bol. Quand j'étais petit on me lisait des histoires, maintenant je vais apprendre à les lire moi-même."

 

En cela, remettre du mouvement, stimuler le vestibule, va augmenter la motivation pour apprendre. Voici pourquoi ce papa d'une petite fille de 7 ans me disait après le programme: "L'institutrice a remarqué que Manon a désormais adopté la posture de l'élève". C'est à dire que cette enfant a bougé dans sa tête ce qui a provoqué la posture de l'élève, la motivation d'apprendre.

 

Pour faire revenir cette envie de mouvement, cette motivation, je fais travailler le chant à cheval: description d'une journée chant-cheval ici

 

Un autre article mettant en évidence comment le manque de mouvement est lié à l'angoisse, ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article