Publié par MARIF

Le mouvement est l’état NATUREL d’un être humain.
Le mouvement est une SOURCE DE JOIE et d’apprentissage.
Le mouvement permet l’EVOLUTION.

Le mouvement c'est la VIE.

 

    La journée au poney club s'est déroulée dans la bonne humeur, le sourire, malgré un temps pourri, et avec un grand plaisir : tout le monde est reparti en pleine forme !

    A l'arrivée vers 9h30, l'accueil autour d'un café, thé, a réuni les participants, pour un démarrage tout en douceur, premières respirations collectives, première pensée pour la motivation, ordre du jour.

    Puis, Olivier, responsable du poney club qui nous accueille, nous fait partager sa connaissance du cheval en liberté, dans le manège. C’est un moment de découverte, et d’approche du cheval à pied en toute confiance, pendant lequel des liens invisibles se tissent entre le poney et son futur cavalier.

    L'atelier chant à cheval peut commencer : découverte de la respiration, du corps, du chant à cheval au pas. Chacun installe dans son esprit la motivation qui a été la sienne pour s'inscrire à cette journée. Cette phrase de motivation sera utilisée en lien avec le mouvement, celui du poney, celui du cavalier qui adapte sa position à chaque pas du poney.

    L'apprentissage des chants surprend : comment ? Je vais ouvrir la bouche et chanter tout ça en bougeant sur le dos de ce cheval ? Eh oui, ça marche ! Et plutôt très bien : en chantant les appréhensions disparaissent, la respiration et la voix se calent naturellement sur des abdominaux toniques.

    Chanter, bouger avec le cheval ne sont que des prétextes pour mobiliser en soi une envie, une véritable motivation : pour qui suis-je venu ? Pour moi ? Pour faire plaisir ? A qui ? Lorsque la motivation n'est pas réelle, ou ne repose que sur l'envie de quelqu'un d'autre, on se sent mal, on se demande ce qu'on fait là, on n'a pas envie d'apprendre, ni le chant, ni le cheval...

    A midi, autour de la grande table, les discussions portent sur le vécu de chacun. Certaine s'endort presque tant le contenu du matin était dense.

    La motivation a pu changer pendant la matinée : à force d'y réfléchir, une autre motivation peut remplacer la première, celle-ci plus authentique. On retravaillera dessus, en chantant, en faisant aller son cheval à gauche, à droite, on changera de phrase, on laissera sa motivation évoluer, et on trouvera enfin son envie, au fond de soi.

 

    L'apprentissage ne peut se faire sans motivation : comment trouver ce qui nous meut ? Comment trouver en soi nos véritables en-vies ?

 

C'était le but : trouver en soi, sa motivation, et être heureux(se) de l'activer, de la vivre !

 

 

Commenter cet article