Publié par MARIF

Il faut se souvenir qu’au départ de la méthode TOMATIS, il y a la découverte de cette loi : la voix ne contient que ce que l’oreille entend.

Une mauvaise écoute entraîne donc une mauvaise production vocale et/ou rend difficile l’accès à un instrument de musique

Une qualité se trouve invariablement réunie chez tous les musiciens: les fréquences aiguës sont mieux perçues que les graves. Le test d’écoute montre une courbe plus ou moins ascendante entre 125 et 4000 Hz ou même 6000 Hz pour retomber légèrement en partie haute.

La condition nécessaire, mais non suffisante, est une courbe ascendante. Elle permet une écoute analytique. Ce n’est que lorsque les aigus prédominent sur les graves qu’il y a possibilité d’analyse. Lorsque le test d’écoute révèle une courbe plate ou chûtante dans les sons aigus, les fréquences graves masquent les fréquences hautes et rendent l’écoute beaucoup moins fine. D’autre part, une bonne production vocale ou instrumentale exige une latéralisation auditive droite, l’oreille droite étant chargée du contrôle et de l’analyse des sons.

Les chanteurs en difficultés de voix font apparaître dans leur test d’écoute des irrégularités, certaines fréquences étant trop analysées, d’autres pas assez. En leur redonnant une audition harmonieuse, ils retrouvent une voix précise.

Par ailleurs, une émission vocale de qualité n’exige pas seulement une bonne écoute du message sonore venant de l’extérieur, mais aussi et surtout une bonne auto écoute, c’est à dire la capacité d’utiliser sa propre voix comme la source sonore à analyser et à contrôler avec justesse, en intensité et en qualité.

Cette auto écoute peut se réaliser à condition que la vibration sonore perçue soit correctement régulée par conduction osseuse qui est la voie de transmission du son par tous les os du corps et en particulier par la boite crânienne.

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article