Haut potentiel, surdoué, précoce, problèmes émotionnels et relationnels

Publié le par MARIF

     De nombreux parents viennent à moi avec un enfant "à haut potentiel" parce que ces enfants ont fréquemment de gros problèmes émotionnels ou relationnels qui ne s'améliorent pas en grandissant.

Haut potentiel, surdoué, précoce, que faire ?

     J'ai remarqué que certains parents attendent de l'aide pour leur enfant mais ne souhaitent pas changer quoi que ce soit à leur façon de penser ou de se comporter. Ces parents-là ont du mal à mettre en cause que leur enfant ne se fasse pas d'amis (ce sont les autres qui en sont responsables, "ils" ne le comprennent pas), fasse encore pipi au lit à 6, 7 ou 8 ans (dans notre famille c'est normal), ait peur d'aller à l'école (parce que les autres sont violents), etc.

Ces symptômes révèlent une forte anxiété.

     L'anxiété est une émotion : leur enfant a donc un problème émotionnel. Cela est parfois impensable pour certains parents, parce que les tests ont donné un QI qui a prouvé la précocité de leur enfant.  Mais les tests ne mettent pas toujours en évidence l'immaturité émotionnelle de ces enfants. De nombreux articles indiquent l'importance de ne pas s'en tenir aux tests pour permettre aux enfants concernés de grandir plus heureux.

     En effet, le QI n'est pas tout : qu'est-ce que la vie d'un être humain ? Avant tout, c'est la possibilité d'échanger avec d'autres, d'éprouver des émotions, de trouver sa place dans le monde... le QI ne dit pas grand-chose de tout cela.

     Et puis, qu'en fait-on de ce résultat ? Comment se tourner vers l'avenir, comment trouver des solutions aux problèmes qui se posent à un enfant "à haut potentiel" ?

Ma pratique est orientée "solution" :

- Si un enfant a une mémoire de travail faible, son QI ne m'intéresse pas, je vais travailler sur sa mémoire de travail pour la stimuler.

- Si un enfant a du mal à se faire des amis, je vais travailler sur sa capacité à communiquer avec les autres.

- Si un enfant a du mal à s'endormir, je vais ré-équilibrer son écoute, responsable de l'anxiété.

     Car ce n'est pas le QI qui provoque ces problèmes, ni la société, ni les autres, c'est l'hypersensibilité de ces enfants. En ré-équilibrant l'écoute, nous renforçons les capacités de concentration, d'attention et de communication de l'individu, nous abaissons l'hypersensibilité, nous renforçons la confiance en soi. Pour en savoir plus sur le rôle de l'oreille cliquer ici.

 

 

Publié dans Haut potentiel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article